5h du matin

Il est tôt.

Les oiseaux sont réveillés,
ils réchauffent leurs cordes vocales.
Les chats du voisin d’en haut ont terminé leur excursion nocturne,
ils demandent la porte.

En plein coeur de l’île de Montréal,
j’entends le vrombissement des voitures au
Loin.
Mais les animaux n’ont pas terminé leur shift
C’est encore eux qui mènent.

À les entendre,
on pourrait croire que le temps où la nature envahissait la ville n’est pas si
Lointain.
Le silence de la nature laisse place à mes pensées
qui s’évacuent par mes oreilles
et par mes narines.

Chaque son que je perçois gobe une pensée et la disperse dans le
Néant.
Chaque souffle m’apporte un peu plus de résilience et
tranquillement, j’abandonne
chacune de ces idées qui m’ont gardée prisonnière
sous le regard de la lune.

Tranquillement, je m’apaise.

Une autre gorgée de café et ça y est,
je souris.

Pour un bref moment, ma tête est
Vide.

Je flotte.

Et puis, le bruit des voitures prend de l’ampleur
Les chats sont rentrés.

Bientôt, les oiseaux deviennent à peine perceptibles,

au loin,

ils s’en vont,

ils fuient la ville,

ils partent avec mes pensées pour bâtir une vie
ailleurs,
dans le calme.

Et maintenant, il faudrait
bien que je m’y mette aussi.

Me mettre à quoi déjà?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s