Un quart de siècle

Le 4 novembre dernier, j’ai eu 25 ans.

Voyant ce moment arrivé, je n’étais pas inquiète du tout. Je me disais même que ça n’allait rien changer à ma vie, que je ne me sentirais pas plus vieille. Cela me rassura de penser que je n’étais pas le genre de personne qui s’inquiète avec son âge.

Finalement, je me suis trompée. Le jour même, ça m’a frappée. Pas trop fort, mais plus que ce que je croyais. Je ne me trouve pas vieille. Par contre, ma carrière avance pas vite. En tout cas, pas autant que je le souhaiterais. Ça fait un bon moment que ça me dérange et que je trouve ça difficile mais, le jour de ma fête, c’était pire.

On se fait dire : “T’es encore jeune, t’as le temps!”… Oui, je suis encore jeune, oui j’ai le temps, mais un moment donné j’aimerais bien pouvoir dire avec assurance : “Bonjour, je m’appelle Valérie, j’ai 25 ans et voici ce que je fais dans la vie.”

Présentement, cette phrase ressemble plutôt à : “Je termine mon baccalauréat en danse et je travaille comme serveuse et enseignante en même temps.” Ce n’est pas si mal, mais quand on me demande inévitablement par la suite “Et tu veux faire quoi après?” ou encore “Ah! Donc, tu veux enseigner la danse?”, alors ma réponse devient plus complexe. Elle s’améliore chaque fois, c’est sûr. Et j’arrive à présenter mes projets avec confiance… D’un point de vue extérieur, j’ai l’air de savoir où je vais. Et c’est vrai que je le sais, mais ça reste un défi chaque jour de devoir me présenter ainsi. En fait, j’ai hâte de pouvoir montrer quelque chose de concret aux gens, quelque chose dont je serai fière, quelque chose qui va me permettre de me sentir accomplie.

Dans le fond, ce qui m’inquiète rendue à 25 ans, c’est de me sentir sur un vélo stationnaire. Oui je travaille, oui je planifie mon futur, oui j’ai un but, mais je suis dans une phase qui prend beaucoup de temps et d’énergie pour peu de résultats. C’est démotivant. Autour de moi, je vois des gens qui accomplissent de grands projets depuis déjà longtemps, qui achètent une maison, qui fondent une famille, qui investissent, etc. Moi, j’en suis encore au même point.

C’est frustrant, parce que j’aimerais avancer tellement plus vite! Une étape à la fois, je vais finir par m’y rendre, mais je suis impatiente. Heureusement, ce qui me rassure, c’est que je suis loin d’être la seule. C’est pourquoi, je vous le partage. Chaque personne qui a pris le temps de dire que ce n’est pas facile pour elle non plus m’a grandement encouragée en le faisant. Ça m’aide à me sentir moins seule et à trouver la force et la motivation qu’il me faut.

Je suis sur le bon chemin, je dois simplement continuer…

Et pour le prochain quart de siècle, je me souhaite de garder confiance en moi et en mes projets, et de toujours me pousser encore plus loin.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s