A Twist in My Story

Au cours de la dernière semaine, Facebook me rappelait une période difficile de ma jeune vie adulte.

Il y a 5 ans jour pour jour, j’apprenais que je ne poursuivrais pas mes études dans le programme que j’avais choisi. On m’imposait d’arrêter et de me rediriger vers un autre programme, même on m’encourageait à changer de domaine.

Cet épisode de ma vie m’a beaucoup plus marquée que je ne le croyais. J’étais jeune, encore une enfant, et des adultes que j’admirais m’ont dit : “Tu n’as pas assez de talent.”

“Tu n’as pas ce qu’il faut. Tu n’es pas assez.”

Ils n’ont jamais utilisé ces mots. C’était plutôt : “Ce n’est pas pour toi. Tu n’as pas de plaisir sur scène.” Ces gens-là ont pris cette décision à ma place. Et pour se sentir moins mal, ils disaient : “Tu vas voir, ce n’est pas ta place. Un jour, tu vas trouver et tu nous remercieras.”

Le problème, c’est qu’aujourd’hui je sais où je veux être, où je veux aller, mais je n’ai pas du tout envie de les remercier. Ce qu’ils ont fait a détruit le peu de confiance que j’avais en moi et m’a obligé à prendre une décision importante, qui allait affecté les prochaines années de ma vie, en quelques jours seulement, alors que je n’étais pas prête.

Je me cherchais. Et, au lieu de me laisser chercher dans un environnement que j’aimais, entourée d’amis importants pour moi, ils m’ont lancé dans l’univers à chercher dans le vide. J’avais besoin d’un support, alors je me suis accrochée au premier support que j’ai pu trouver : un baccalauréat. Par contre, se chercher dans un baccalauréat, on s’entend pour dire que c’est pas gratuit, hein.

Et aujourd’hui, je me retrouve à travailler sur cette confiance. Je pense que je n’ai jamais rien fait d’aussi difficile. C’est un travail qui demande de me pousser à faire ce qui me rend inconfortable pour ensuite me féliciter de l’avoir accompli et être fière de moi. Et après? Je recommence. Je me lève chaque matin pour aller où je dois aller, pour faire ce que je dois faire.

Malheureusement, je n’y éprouve plus de plaisir. Et c’est là que je me casse la tête. J’essaie de retrouver ce plaisir, cet envie. J’essaie de comprendre pourquoi le plaisir est parti et m’a laissé toute seule. Je ne perds pas espoir. Ça va venir. Et si ça ne vient pas, c’est problablement que je ne cherche pas au bon endroit ou que je me casse trop la tête, justement.

C’est difficile de laisser aller le passé. Ce qui est fait est fait. Mais regarder en avant, ça fait peur.

J’vais prendre trois grandes respirations et puis penser au positif. Peut-être que ça ira mieux et que mes regrets s’effaceront peu à peu…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s