L’art d’être soi-même

Vous trouverez peut-être cela difficile à croire si vous me connaissez, mais j’ai longtemps été étrange socialement (mauvaise traduction de socially awkward! Haha..).

Étant jeune, j’avais plutôt de la facilité à m’intégrer et à me faire des amis. Je crois que c’est entre autre parce que je m’intéressais à toutes sortes de choses, participais à plusieurs activités et m’engageais beaucoup dans mon milieu. Je me sentais entourée de beaucoup d’amis. Pourtant, quand venait le temps de former des équipes de travail, je n’étais pas celle que tout le monde allait voir en premier. Ne vous détrompez pas, j’étais très bonne à l’école. C’est plutôt parce que ces amitiés étaient quelque peu surperflues. En fait, elles étaient, pour la plupart, de belles amitiés, mais aucune n’était très profonde. Je me sentais donc un peu seule. Et avec le temps, j’ai perdu confiance.

Vous voyez, j’ai toujours été celle qui a peur de prendre trop de place, qui ne veut pas déranger. J’avais besoin qu’on m’invite, qu’on me confirme que ma présence était souhaitée et appréciée.

Bref, je vous dit tout ça parce que, depuis quelques années, je me suis améliorée. Un jour, j’ai compris que, dans la vie, si tu ressens ou pense quelque chose, il y a de fortes chances que d’autres ressentent ou pensent la même chose que toi. Parce que, tu sais quoi? T’es normal. Aussi extraordinaire que tu sois, tu es un humain, tu es une personne, tu es normal.

Donc, j’ai commencé à changer ma façon de penser que je base principalement sur l’honnêteté. Pourquoi mentir, faire croire quelque chose à quelqu’un ou se cacher d’une habitude gênante? J’ai réalisé à plusieurs reprises dans ma vie que, bien plus souvent qu’on ne le pense, si tu ressens un malaise, l’autre aussi. Si tu aimes passer du temps avec une personne, elle aussi. Si tu te questionne sur la pertinence de te raser les parties génitales, l’autre aussi ou il est déjà passé par là et te comprend. Si ce n’est pas le cas, alors vous n’êtes tout simplement pas sur la même longueur d’onde. Et c’est correct, parce que j’ai aussi compris que, dans la vie, il y a des gens qui vont t’aimer et d’autres qui vont te détester. C’est comme ça.

Donc, après plusieurs expériences de “Hein! Toi aussi? Je pensais que j’étais la seule!”, j’ai décidé que j’allais être honnête. Si j’ai envie de parler à mon ex parce que je le considère comme un bon ami, je le fais. Si je trouve que tes cheveux sont bien coiffés aujourd’hui, je te le dis. Si j’apprécie passer du temps à tes côtés, je t’en fais part. Je dis, je fais, je décide. Bref, j’ai pris le contrôle de ma vie. Je fais ce que je veux. Je me suis dit que si les gens aiment ça chez moi, ils vont probablement avoir envie de passer du temps avec moi. Beaucoup plus que si je me retire, m’empêche, me retiens.

Je vis et que ceux qui m’aiment me suivent!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s